jeudi 8 janvier 2009

Elle court , elle court l'Ultra-gauche !



dernière mise à jour : 22/03/09

Si vous le voulez bien, retraçons un bref historique mass-médiatique de cette toute récente mouvance politco-fictionnelle :
voici notre "ENQUÊTE EXCLUSIVE" sur la piste de
"L'ENEMI INTERIEUR"...massivement dénommé :


Ultra-gauche
petit rappel par Claude Guillon
Annonçant les interpellations de Tarnac, le 11 novembre 2008, la ministre de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie ajoute un terme à la déjà indigeste « mouvance anarcho-autonome », la faisant précéder du terme « ultra-gauche ».

Ce qui donne, sans respiration : « ultra-gauche mouvance anarcho-autonome ».

Mentionnons pour mémoire que le terme "Ultras" désigne, au début du XIXe siècle, les ultra-royalistes.

Ultra-gauche a d’abord été employé au milieu des années 1920 pour désigner des militants léninistes, membres du KPD (parti communiste allemand pro-soviétique), qui déviaient de la ligne officiel de Moscou, en s’opposant par exemple à la politique de front unique avec les sociaux-démocrates.

Par la suite, il a été utilisé de manière vague et confuse pour désigner les communistes de conseils (Pannekoek par ex.) et de manière générale les marxistes antistaliniens .

Rien ne dit que le vocabulaire politico-judiciaire soit fixé. On peut cependant prévoir qu’il sera difficile, ne serait-ce que d’un point de vue euphonique, d’allonger encore cette suite de trois termes, dont deux sont composés. Il sera plus simple d’utiliser, comme en d’autres temps, le mot « terroriste ».




Elle court , elle court l'Ultra-gauche !...



! ULTRA-KADABRA !




• Le 11/11/08 La France découvre son Ultragauche tapie dans l'ombre :




• Le 16/11/08 MAM évalue l'"ultra-gauche" à 300 personnes :
(...)"A propos de la mise en examen de ces neuf personnes dont cinq ont été placées en détention provisoire, la ministre a jugé qu'"il est possible qu'il y ait d'autres personnes. Cela ressortira de l'enquête. Ce que nous savons, c'est qu'il y a d'autres groupes". Mettant en garde contre une "radicalisation de l'ultra gauche", elle a rappelé qu'"en fin d'année dernière et au début de cette année", il y a eu "interpellation de deux groupes de personnes qui détenaient des explosifs ou de quoi fabriquer des explosifs". "Nous savons, a-t-elle ajouté, que ces groupes ont des relais à l'étranger", citant l'Allemagne, l'Italie, la Belgique, la Grèce ainsi que le Canada et les USA. Interrogé par ailleurs sur un éventuel lien entre le leader d'extrême-gauche Olivier Besancenot et cette mouvance de l'ultra-gauche, elle a déclaré que cette dernière "refuse le dialogue démocratique" et souligné que ce n'était pas le cas d'Olivier Besancenot."source:lepoint.fr



• Le 11/12/08 l'Ultragauche - Le rapport des RG qui désigne Julien Coupat.

(...)"Le chef des présumés saboteurs de la SNCF était surveillé par les RG depuis dix ans.
(...)Quatre mois plus tôt, le patron des RG avait déposé sur le bureau de la ministre un rapport alarmiste intitulé : « Du conflit anti-CPE à la constitution d’un réseau préterroriste international : regards sur l’ultragauche française et européenne ». Le document confidentiel recense toutes les actions attribuées à l’ultragauche sur le sol français : dégradations, occupations, utilisation d’engins incendiaires ou explosifs... Avec cette prédiction qui a fortement marqué la ministre : « Les faits et comportements observés sur notre territoire sont similaires à ceux recensés à la fin des années 70 qui avaient été précurseurs de la constitution du groupe Action directe. » Le mot est lâché. Le groupe terroriste d’extrême gauche qui a ensanglanté la France des années 80 serait en train de renaître de ses cendres. « Nous assistons à des phénomènes qui sont exactement ceux qui ont précédé les attentats des Brigades rouges en Italie et de la bande à Baader en Allemagne », expliquait Michèle Alliot-Marie sur les ondes d’Europe 1, le 23 novembre, comme si elle récitait le rapport des RG. "



• Le 15/12/08 l'Ultragauche est à Rouen pour francesoir.fr:
(...) "une foule en colère manifestait et exprimait son soutien avec les mis en examen dans l’affaire des sabotages de la SNCF. « Nous sommes partout : de Tarnac (NDLR : résidence des suspects) à Athènes.C’est l’insurrection qui vient », prophétisait une banderole en tête de cortège. Actions radicalisées A ces démonstrations qui fédèrent des militants trotskistes, des anarchistes, des « anarcho-autonomes », des syndicalistes et d’autres, bref, l’« ultra-gauche », selon le nouveau vocable fourre-tout, s’agrège la mobilisation des lycéens contestataires."






• Stupeur le 17 décembre en regardant C'est dans l'air sur France 5.


Eric Dénécé est un des invités. Il est directeur du CF2R, le Centre Français de Recherche sur le Renseignement.

Ce jour-là les invités de l'émission s'interrogent sur la lettre de revendication des pétards mouillés du Printemps. Et là Eric Dénécé dit avec force que cela ne peut émaner que de l'Ultra Gauche. 1 mois avant, l'Ultra Gauche n'existait pour personne et on pouvait se demander à quoi allait servir cette nouvelle officine de terrorisme. En 1 mois l'Ultra Gauche est sensée avoir commis du terrorisme sur 4 trains en coupant l'électricité, avoir mobilisé et instrumentalisé la jeunesse grecque, avoir poussé les lycéens français à la manifestation, et pour couronner l'ensemble provisoirement, accusée d'avoir posé les faux explosifs au Printemps.
Dénécé argumente:
" Il y a des liens entre Al QaÏda et l'Ultra gauche".?????? il ose!!.

Il dit: Depuis la chute du mur de Berlin, certains ne veulent pas admettre la victoire du capitalisme. Ensuite continuant sa logorrhée, il dit que l'Ultra Gauche rassemble des gens qui sont contre le système, militanst écolo, anti-avortement, des gens qui sont allés à Gênes manifester...............
Un grand fourre-tout en somme.

Sur le plateau la gêne des autres participants se fait sentir. Le présentateur lui-même dit qu'il est surpris que Dénécé soit si sûr de lui. Eric Dénécé venait ce jour-là parler d'un film Secret Défense sur lequel il était consultant.
Aux Etat-Unis ont connaît les liens entre le Pentagone et les scénaristes d' Hollywood. Les Storyteller. A coup sur c'en est un bon!

L'Histoire, la Storytelling de la fin d'année :
N'oubliez pas l'Ultra Gauche liée à Al Qaïda. Il fallait oser !?!

Extrait de l'émission : (mettez le son à fond!...pas d'autre qualité disponible)




Et c'est cette trouvaille narrative,très imagée, qui permet à ce "spécialistologue en expertologie" de nous convaincre sur le bien fondé d'une nouvelle grande menace comme il l'a écrit dans son rapport pour le Cf2R, sur la pseudo tentative d'attentat au Printemps :

"L'émergence d'une menace Islamo - Gauchiste"

Bref...Pour vous...Dénécé simplifie l'équation :

(Ultragauche)
+
(Al Qaïda)
=
(L'émergence d'une menace Islamo - Gauchiste)


On dit quoi ? On dit MERCI Rico !


-Ultra-complément d'informations sur Eric Dénécé :

"De l’art d’être expert ou le cas Eric Denécé"

Pour Thomas Deltombe, l’auteur de ce chapitre, Eric Denécé représente « sans doute l’exemple le plus abouti de cette génération d’experts post-11 septembre. » - Portrait :
Ayant travaillé dans sa jeunesse comme analyste au SGDN (1986-1989), il s’est ensuite engagé « à titre personnel » dans « les maquis cambodgiens luttant contre les Vietnamiens » avant de devenir ingénieur commercial chez Matra Défense. Reconverti dans l’intelligence et la sécurité économique, il s’occupera dans les années 1990 de la défense des intérêts de Total en Birmanie : dans la jungle, en coordination avec l’armée birmane, et sur le papier, en dénonçant des « opérations de déstabilisation » initiées, selon lui, par les Américains contre le pétrolier français. Anticommuniste fervent, fin connaisseur des méthodes contre-insurrectionnelles et passionné par les services secrets, il crée en 2000 une association baptisée « Centre français de recherche sur le renseignement » (CF2R).

En bon spécialiste des opérations psychologiques, Éric Denécé connaît les recettes pour se faire inviter sur les plateaux de télévision. Il faut, dit-il, « être disponible » quand on vous appelle, « avoir un titre ronflant qui crédibilise », savoir « faire des phrases courtes, pour permettre aux journalistes de vous couper au montage ». Appliquant toutes ces règles à la lettre, il deviendra en tant qu’« ancien du renseignement » et « directeur du CF2R » un des experts en terrorisme les plus convoités. Ses activités de consultant, de conférencier, de formateur et d’essayiste ne semblent pas souffrir de la grande disponibilité qu’il accorde aux médias.

Auteur en 2005 d’une étude aussi remarquée qu’angoissante sur le « développement de l’islam fondamentaliste en France » (pour le compte d’une entreprise de la grande distribution) et d’un ouvrage sur le risque terroriste pesant sur l’industrie touristique, Éric Denécé a pour objectif avoué de « créer une culture du renseignement » dans la société française : il a publié en 2007 un livre sur le sujet, qui a été pensé, dit-il, « pour être vendu chez Auchan, dans les gares, pour que les gens lisent ça sur les plages en vacances » ; et il travaillait la même année sur un projet de parc d’attraction, Spyland, consacré au monde mystérieux de l’espionnage… (…)
paru sur bakchich.info




• Le 18/12/08 en France, l'Ultragauche manipule les lycéens pour valeursactuelles.com:
(...) "Alors, pourquoi ? « Il y a sûrement des forces militantes mobilisées » derrière ces exactions, avance Philippe Guittet. Bon nombre de proviseurs ont noté la présence, parmi les manifestants les plus violents, de jeunes « plus âgés, très déterminés, des professionnels de la manifestation ». En un mot,des “autonomes” d’extrême gauche, comme ceux qu’on a vus s’attaquer aux forces de l’ordre, en Grèce, ces derniers jours ."(...)



• Le 18/12/08 en Grèce - Exarchia, sanctuaire de l'ultragauche pour lepoint.fr :
"C'est de ce quartier central d'Athènes que sont parties les violences après la mort du jeune Alexis tué par une balle policière. Un secteur traditionnellement contestaire où les divers groupes d'extrême gauche sont comme des poissons dans l'eau."



• Le 05/01/09 à Athènes, L'ultra-gauche suspectée de l'agression du policier grec:
"ATHENES - Des éléments d'extrême gauche sont vraisemblablement à l'origine de l'agression d'un policier anti-émeutes grec, grièvement blessé par balles lundi alors qu'il assurait la protection du ministère de la Culture, dans le centre d'Athènes, estime la police."

(NB:A ce sujet, d'autres sources (Ici et ) ne donnent vraiment pas les mêmes explications)


• Le 11 janvier ultras révélations par leJDD.fr :
Tarnac: La piste des incendies d'ANPE
Le groupe de Tarnac ne se serait pas attaquer qu'aux caténaires. Même si les avis divergent en haut lieu, des vérifications sont actuellement en cours pour tenter de déterminer si les mis en cause du groupuscule d'extrême-gauche peuvent être impliqués dans une série d'incendies et de tentatives qui avaient visé des ANPE et des antennes Assedic entre 2005 et 2007 un peu partout en France.
(...) voir le reste de ce torchon puant



• Jamais à cour de surprises,le 15 janvier la presse nous raconte une nouvelle histoire.
Une jeune avocate d'Ultra gauche lutte contre l'univers (avec son copain Kevin) en mettant le feu à une voiture en plein Paris, juste à coté de chez elle. L'antiterorrisme prend l'affaire en main. Jusque là rien d'étonnant. On est en 2009 ou on y est pas!
Et puis qui a dit que les journalistes ne faisaient que des ctrl C ctrlV pour écrire leurs articles? Ils en est qui descendent profond dans les abîmes de leurs sujets. Ainsi selon Le Monde et Europe1, l'avocate et son ami étaient ivres lorsqu'ils furent arrêtés. Information vivement démenti par Le Figaro. A la brigade antiterroriste de les faire souffler dans le ballon, pour laisser apparaître toute la Vérité.

sur europe1.fr, l'Ultragauche en garde à vue antiterroriste pour incendie de voitures...
Deux personnes, dont une avocate parisienne, ont été placées en garde à vue mercredi à Paris, sous le régime de la justice antiterroriste dans une enquête portant sur la tentative d’incendie de deux voitures. Dans la procédure habituelle, c'est un simple délit, mais l'affaire a pris une toute autre tournure. Car le couple est connu de la police pour être proche de l'ultra-gauche.
Si leur profil intéresse les enquêteurs, c'est parce qu'ils sont soupçonnés d'être proches de l'ultra-gauche. C'est pourquoi l'affaire a pris une toute autre ampleur. Depuis mercredi, deux personnes, une avocate parisienne et son compagnon, sont en garde à vue à Paris, sous le régime de la justice antiterroriste. En état d'ébriété, elles auraient tenté de mettre le feu à deux véhicules dans le 19e arrondissement de la capitale.
Dans la procédure habituelle, c'est un simple délit, mais lorsque les policiers ont découvert que l'homme était connu de la police pour "avoir manifesté activement son soutien à Julien Coupat", principal suspect de l'affaire de la SNCF, la section antiterroriste de la brigade criminelle a été saisie. La procédure d'exception - qui permet notamment une garde à vue de quatre jours contre deux dans le régime de droit commun - est aussi justifiée car la jeune fille travaillerait selon la police dans un cabinet défendant des membres de la mouvance dite "anarcho-autonome".


Sur Le Figaro :
"Incendie de voitures : l'antiterrorisme saisi"
Interpellés en flagrant délit à Paris, une avocate et son ami seraient soupçonnés d'être en lien avec l'ultragauche.

Deux personnes, dont une jeune avocate, ont été placées en garde à vue à la section antiterroriste (SAT) de la brigade criminelle dans le cadre d'une tentative d'incendie de voitures à Paris. L'avocate âgée de 30 ans inscrite au barreau de Paris a été interpellée dans la nuit de mardi à mercredi dernier, en compagnie de son ami Kevin, par une brigade anticriminalité dans le XIXe arrondissement de Paris.
Surpris à 3 heures rue Pradier, le couple est soupçonné d'avoir tenté de mettre le feu à deux voitures aux abords de l'ex-commissariat Combat, en enflammant du papier coincé dans les jantes. Les présumés incendiaires n'étaient a priori pas en état d'ivresse.
(...)


sur Le Monde :
Les deux proches de l'ultra-gauche placés en garde en vue "antiterroriste" ont été libérés
Un couple, soupçonné d'avoir tenté d'incendier une voiture à Paris et placé en garde à vue à la section antiterroriste pour de présumés liens avec la mouvance d'ultra-gauche, a été libéré sans charge retenue à son encontre, a-t-on appris vendredi 16 janvier de source judiciaire.
Cet homme de 28 ans et son amie, une avocate de 30 ans, avaient été interpellés mercredi à 4 heures du matin alors qu'ils tentaient de mettre le feu à deux véhicules garés dans le 19e arrondissement, non loin de l'emplacement d'un ancien commissariat de police. Le couple, en état d'ébriété, a dans un premier temps été placé en garde à vue sous le régime du droit commun, avec avocat commis d'office.
Mais tout a changé lorsque, vérifications faites, l'identité des personnes s'est précisée. L'homme a été mis en cause dans une affaire de vol, mais surtout il "est connu pour graviter dans le milieu de "l'ultra-gauche", selon une source judiciaire. Les services de renseignement de la police (ex-RG) ont par ailleurs informé leurs collègues que l'avocate serait proche de la mouvance "anarcho-autonome" : son nom et son numéro de téléphone portable apparaissent dans les carnets d'adresses saisis lors des interpellations de Tarnac, où neuf personnes, soupçonnées d'avoir saboté les caténaires SNCF, ont été mises en examen pour association de malfaiteurs à visée terroriste. (...)






• Le 22 janvier,la fable continue :
"le témoin à charge anonyme" contre "l'ultragauche" serait un mytho ...


Sous le titre : "Tarnac: le témoin à charge contre Coupat serait un mythomane" le site d'information Mediapart explique (accès payant) :


"L'information est à l'évidence embarrassante pour la justice et la
police antiterroristes. Alors que de plus en plus de voix s'élèvent
pour souligner les points faibles de l'enquête visant «le groupe de
Tarnac», ces jeunes gens soupçonnés d'avoir commis des actes de
sabotage visant des TGV, Mediapart est en mesure de révéler que l'homme
qui a témoigné à charge, sous couvert d'anonymat, serait en fait un...
mythomane.
" Le témoin accusait Juien Coupat d'avoir "évoqué la possibilité d'avoir à tuer" ce qui aurait pu justifier l'emploi du mot "terroriste" dans cette affaire.





• Le 16 mars 2009:

Olivier Toscer, dans sa calomnieuse Chronique des "affaires" en cours
(site du Nouvel Observateur), fait réapparaitre l' ultragauche dans le champs lexical des grands médias populaires; alors que ces derniers semblaient s'en servir de moins en moins...

En fait, cet article relève surement d'une gesticulation
médiatico "squarciniesque" en réaction à la nouvelle ligne de défense des mis en causes.
(voir "À nos juges").





à suivre...




Aucun commentaire:

Publier un commentaire