jeudi 26 novembre 2009

Tarnac: prolongation de la garde à vue du jeune homme interpellé mardi







(AFP)

PARIS — La garde à vue du jeune homme interpellé mardi à Tarnac (Corrèze) dans le cadre de l'enquête sur des sabotages au préjudice de la SNCF a été prolongée mercredi soir de 48 heures, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier.

Le jeune homme, susceptible d'appartenir au "groupe de Tarnac", avait été interpellé à son domicile mardi matin et son domicile perquisitionné. Il est interrogé dans les locaux de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) à Levallois (Hauts-de-Seine).

A l'issue de sa garde à vue, qui peut atteindre 96 heures dans les affaires de terrorisme, il peut être remis en liberté ou présenté au juge d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen.

Le jeune homme, compagnon de Manon Glibert, jeune femme mise en examen dans l'affaire pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, avait déjà été interpellé le 11 novembre 2008 puis relâché sans qu'aucune charge ne soit retenue contre lui.

La justice enquête depuis le 11 novembre 2008 sur des sabotages de lignes TGV attribués à un groupe de jeunes basés à Tarnac (Corrèze) et réunis autour de Julien Coupat, brillant étudiant.

Les avocats des mis en examen ont dénoncé mercredi la façon dont est menée l'enquête, faisant état de "présomptions très sérieuses de falsifications" par les enquêteurs et dénoncé un "florilège de manipulations".





À PROPOS DE CETTE ARRESTATION :

" Les policiers ont braqué un enfant de quatre ans "
publié le 24/11/09 sur la montagne.











Aucun commentaire:

Publier un commentaire