mardi 24 novembre 2009

Novembre déclaré mois des arrestation à Tarnac ... ça recommence!




Envoyé par A.


Hasard du calendrier ou fallait-il une autre "piste" à la SDAT que celle assénée depuis le 11 novembre 2008, et rendue, depuis, contestable entre autres par le mémo de 3 avocats envoyé à Fragnoli le 2 novembre ?

Les "journaflics" zêlés peuvent (re)commencer les retranscriptions des communiqués de la SDAT (avec prénom de l'interpellé rendu "public", le copier-coller des "motivations de l'affaire" et des arrestations...etc) :


•Arrestation à Tarnac : enquête sur des faux-papiers
paru sur nouvelobs.com


Dans le cadre de l'enquête sur les sabotages des lignes TGV, la police a arrêté un homme suspecté d'être "proche du groupe de Tarnac". La police s'intéresse à des faux documents établis à partir de pièces d'identité volées.

Suspecté d'être un "proche du groupe de Tarnac" (Corrèze) auquel appartenait Julien Coupat, un jeune homme a été interpellé mardi 24 novembre à Tarnac, a-t-on appris de sources proches du dossier.

Christophe B., a été interpellé "à 6h30 mardi, en son domicile", Place de l'Eglise à Tarnac, a-t-on indiqué de mêmes sources. Il est le compagnon d'une des neuf mises en examen dans l'enquête sur les sabotages de lignes TGV.

Il a été interpellé par la Sous-direction antiterroriste (Sdat) de la direction centrale de la police judiciaire et placé en garde à vue, tandis qu'une perquisition de son domicile a été aussitôt entamée.


Des faux-papiers en ligne de mire



Une perquisition à eu lieu au domicile de Christophe B.. Les enquêteurs s'intéressent à des faux documents établis à partir de pièces d'identité volées. Quatre cartes nationales d'identité, déclarées dérobées ou perdues par leur propriétaire, avaient été découvertes l'année dernière chez sa compagne. Ce n'est que récemment que des expertises informatiques auraient permis d'établir un lien entre ces papiers volés et des faux documents administratifs. Les enquêteurs s'interrogent désormais sur leur finalité.


Jusqu'à 96 heures de garde à vue



Christophe B. a été conduit dans les locaux de la Sous-direction anti-terroriste à Levallois-Perret, pour une garde à vue qui peut durer 96 heures.

Selon la procédure anti-terroriste, il ne pourra voir son avocat qu'à la 72ème heure. Mercredi à midi, une conférence de presse est organisée à l'Assemblée Nationale à l'initiative d'un certain nombre d'élus verts et communistes en soutien aux mis en examen de Tarnac.


Sabotages de lignes TGV



La justice enquête depuis le 15 novembre 2008 sur des sabotages de lignes TGV attribués à un groupe de jeunes basés à Tarnac (Corrèze) et réunis autour de la figure charismatique de Julien Coupat, brillant étudiant mis en examen pour des actes présumés de terrorisme.

Vingt personnes avaient été arrêtées dans le cadre de l'enquête sur les sabotages, dont onze rapidement libérées.

Les neuf autres, âgés de moins de trente-cinq ans, dont trois femmes et le leader présumé du groupe, Julien Coupat, ont été mises en examen, et cinq écrouées. Elles ont été libérées les unes après les autres, au bout de quelques semaines, voire quelques mois pour Julien Coupat, de détention.


(I.M avec Nouvelobs.com)






Aucun commentaire:

Publier un commentaire