samedi 17 octobre 2009

48 ème 17 octobre ...







Déclaration de Pierre Bourdieu au colloque "17 et 18 octobre 1961: massacres d'Algériens sur ordonnance ?" (octobre 2000)


J'ai maintes fois souhaité que la honte d'avoir été le témoin impuissant d'une violence d'État haineuse et organisée puisse se transformer en honte collective. Je voudrais aujourd'hui que le souvenir des crimes monstrueux du 17 octobre 1961, sorte de concentré de toutes les horreurs de la guerre d'Algérie, soit inscrit sur une stèle, en un haut lieu de toutes les villes de France, et aussi, à côté du portrait du Président de la République, dans tous les édifices publics, Mairies, Commissariats, Palais de justice, Écoles, à titre de mise en garde solennelle contre toute rechute dans la barbarie raciste.

Nota : ce texte sera reproduit dans l'ouvrage Le 17 octobre 1961,
un crime d'Etat à Paris (Paris, éditions La Dispute),
paru en septembre 2001.








TÉMOIGNAGES ET DOCUMENTS CONTRE L'OUBLI:







"Quelle chance, quelle chance d'habiter la France …"
De surcroit cette année, où à l'université d'été de l'UMP, Brice Hortefeux a glissé à propos d'un jeune français d'origine maghrébine – "Quand il y en a un, ça va. C'est quand il y en a beaucoup qu'il y a des problèmes" –....A moins que ce ne soit à propos des auvergnats.....Erreur de la part de l'ex-ministre de "l'immigration et de l'identité nationale"? Boulette ou blague banale pour soirée entre élus de tout bord ?

Sur le site de Marianne le 11 septembre 2009 on se demandait :

"Brice Hortefeux est-il raciste ? Franchement, je ne le crois pas. Les blagues filmées par la vidéo diffusée par Le Monde ne dessinent pas le portrait d'un homme raciste. Brice Hortefeux ne pense certainement pas que les citoyens arabes sont moins intelligents ou moins compétents que les autres. Il croit sans doute que les conditions sociales, historiques et psychologiques de leur vie d'aujourd'hui peut donner lieu à des comportements dommageables au sein d'une partie de leur communauté. Ce qui n'est pas la même chose."

Que Marianne essaye donc d'analyser comment sont nées ce que ce journal appelle les "conditions sociales, historiques et psychologiques " et il comprendra peut-être que de tels propos de la part d'un ministre puissent engendrer de grands sentiments de tristesse, de honte, de frustration et d'injustice, au delà d'une seule communauté, à travers une importante partie de l'opinion publique.

Si on ajoute, entre autres, à ces blagues de très mauvais goût et à leurs justifications foireuses, l'organisation de la conférence sur l'immigration à Vichy en 2008, le renforcement de la politique "charter" et les récentes déclarations du même homme devenu ministre de l'intérieur tentant de "faire accroire à l’efficacité policière en ressortant de derrière les fagots répressifs" une loi datant de 1936, et de créer 2 nouveaux fichiers de renseignements

Ça fait quand même froid dans le dos, tout ça donne comme un sale goût amer de retour en arrière... à cette époque pas si lointaine où l'on désignait déjà cliniquement, en haut lieu, "l'adversaire intérieur" comme " tous individus, groupes ou organisations, qui par des actions illégales troublent l'ordre public et cherchent à porter atteinte à l'autorité des pouvoirs établis " ( cf : le document en pdf plus bas )

En ce triste anniversaire de la commémoration du 17 octobre 1961, nous voulions ici, à l'aide de quelques extraits choisis de "L'ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l'ordre sécuritaire dans la France contemporaine" (Ed. La Découverte) écrit par Mathieu Rigouste, rappeler le contexte qui a pu amené à ces massacres ce soir là, autant par devoir de mémoire pour restituer l'histoire des victimes oubliées d'une politique mise en place dans la sombre période post-coloniale en France, que par devoir de vigilance qui devrait tous nous alerter sur les méthodes de désignation et l'idéologie encore en place aujourd'hui dans la propagande étatique ciblée, les procédures d'exception et dans l'instrumentalisation, par le pouvoir, de l'ensemble des contestations afin de justifier l'application par tout les moyens de mesures excessives et arbitraires pour mieux étendre en co-production, un contrôle descendant sur sa propre population.

EXTRAIT (p96 à p111):

(fullscreen pour plein écran et curseur zoom en bas)





Si pour vous, comme pour Marianne (et bien d'autres), c'est très loin tout ça … dites vous bien que c'est pourtant la même idéologie et propagande "paponesque" qui, début 2009, suite aux (ou à l'aide de ?) "pseudo-vraix-revendication-alerte-attentat" du Printemps (dec 08), faisait ressurgir l'ancien-nouveau danger imminent de "l'islamo-gauchisme", entretenu par la plume d'un Eric Dénécé dans un rapport (voir document pdf ci dessous) pour le CF2R , ou lors de sa présence sur le plateau d'Yves Calvi (vidéo ici).

(fullscreen pour plein écran et curseur zoom en bas)






Aucun commentaire:

Publier un commentaire